Quel est l’univers musical de Renaud ?

, , Commentaires fermés sur Quel est l’univers musical de Renaud ?

Résolument engagé dans divers combats (droits de l’homme, écologie ou antimilitarisme), Renaud est un artiste français très populaire. Ses textes s’inspirent aussi bien de sa vie personnelle que de réflexions sur la France et le monde – à travers des sujets, tantôt légers, tantôt graves.

Des textes argotiques et engagés

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Renaud#/media/Fichier:Festival_des_Vieilles_Charrues_2017_-_Renaud_-_034.jpg

Né le 11 mai 1952 au sein d’une famille nombreuse, Renaud grandit sous l’influence d’un père, adepte de l’écriture et de la vérité, et d’une mère ouvrière, qui lui a inculqué l’amour de la rue et la simplicité des rapports. À ces héritages, il mêle des inspirations musicales variées, sa mère écoutant la chanson populaire (Maurice Chevalier, Édith Piaf…) et son père, la musique classique et les chansons à textes (Georges Brassens). Au fil des années, Renaud y ajoute ses propres influences avec des chanteurs réalistes comme François Béranger ou Aristide Bruant, le style folk d’Hugues Aufray et d’Antoine ou encore le ton protestataire de Bob Dylan.

Les textes de Renaud reflètent toute cette construction artistique : vivant de petits boulots, il fréquente la rue et y apprend l’argot, qu’il manie largement dans ces chansons. Il y insère aussi des calembours, des jeux de mots, de la parodie, voire de la satire pour faire rire ou appuyer sur un message important.

Une voix éraillée caractéristique

Même si Renaud a composé beaucoup de mélodies (dont celles de « Mistral Gagnant »), l’aspect musical n’est pas la dimension qui prévaut : épuré au départ (accordéon et java), l’accompagnement varie au cours de sa carrière, au gré des arrangeurs sollicités.

Côté voix, il faut savoir que Renaud n’a pris, de sa vie, aucun cours de chant à Paris: n’en déplaise, sa voix éraillée reste aujourd’hui un signe de reconnaissance immédiat ! Un registre devenu rauque au fil des années, à cause de la cigarette et de l’alcool.

 

26 albums, 20 millions d’exemplaires vendus

Au fil de ses 30 années de carrière, il écrit sur sa propre vie (« Morgane de toi » pour sa fille), mais aussi sur le monde politique (« Miss Maggie » faisant référence à Margaret Thatcher), intellectuel (« L’entartré » parlant Bernard-Henri Lévi victime d’un attentat pâtissier à 7 reprises), social (en caricaturant des groupes sociaux « Petit Pédé » ou « Dans mon HLM »).

Parmi ses créations engagées figurent les « 500 connards sur la ligne de départ » pour afficher sa position contre le Rallye Dakar, « 26 avril » pour les 20 ans de Tchernobyl, « Rouge sang » contre les corridas…

Ses idoles et ses coups de cœur d’aujourd’hui

Après Hugues Aufray, qui lui a donné envie de chanter, Renaud admire Léo Ferré, Jacques Brel, Boby Lapointe, Boris Vian ou encore Charles Trenet. Mais l’artiste voue une véritable admiration à Georges Brassens : en lui confiant qu’il trouvait ses chansons « merveilleusement bien construites », il lui fera le plus beau des compliments. Le titi parisien aime aussi Bruce Springsteen (à qui il offrira une guitare Telcaster 59 rouge) et Alain Souchon (qu’il évoquera dans « J’ai la vie qui m’pique les yeux » et dans « Sentimentale mon cul »).

Quant aux artistes de la nouvelle scène française, il salue Renan Luce, Benjamin Biolay, Vincent Delerme ou encore Élodie Frégé, pourtant sortie d’une émission de téléréalité musicale qu’il exècre.